Pendant la réponse

Marchés publics à l'export : un opportunité pour les TPE-PME

Le
Ces trois nouvelles directives européennes ont été adoptées le 11 février 2014. L’objectif à atteindre étant le lissage des procédures de marchés publics, afin de garantir à toutes les entreprises l’accès effectif et non discriminatoire au marché européen.
Jusqu’en février 2014, les disparités nationales définissant les engagements et obligations des échanges commerciaux, tendaient à favoriser certains pays au détriment d’autres. Ces nouvelles dispositions devraient permettre à toute entreprise de conquérir des parts de marché, jusque dans les pays réputés difficiles, principalement par leur carcan administratif.

Délais et formalités administratives réduits


Pour faciliter l’accès aux marchés publics, la directive prévoit la réduction des délais de procédure.
Ainsi, pour les appels d’offres ouverts, les délais seront de 35 jours au lieu des 52 jours en vigueur précédemment.
De même, pour les appels d’offres restreints, les délais passeront de 37 jours à 30 jours, ainsi que pour la candidature de l’offre qui était à 40 jours.

Le nombre de justificatifs, complexe et spécifique à chaque pays, sera réduit à un formulaire européen unique. Une simple déclaration sur l’honneur, vérifiée plus tard lors de l’attribution du marché, permet de supprimer les attestations fiscales et sociales lors de la réponse aux appels d’offres.

Exigences plafonnées et allotissement


Afin de favoriser l’ouverture des marchés européens aux petites entreprises, la directive plafonne les exigences des acheteurs en termes de capacités financières minimales des candidats. Désormais, le chiffre d’affaires exigible sera limité à deux fois le montant estimé du marché.

La porte généreusement ouverte au PME françaises, est le principe de l’allotissement. Il s’agit de la subdivision des marchés en lots de petites tailles, qui devrait devenir la règle absolue au niveau communautaire.

Les contrats de concession clarifiés


La directive veut aussi établir des règles claires et communes régissant l’attribution de contrats de concession.
Le Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne n’abolissait pas les divergences nationales.
Désormais, tous les états de l’Union devront respecter les règles de publicité et de mise en concurrence pour choisir leurs prestataires.

Cette harmonisation des règles s’avère très favorable aux TPE-PME françaises, obligeant certains états membres à ouvrir leurs marchés, jusqu’ici difficiles d’accès.

Autres articles similaires

Quelle différence entre un appel d’offres public et privé ?

Les appels d'offres (AO), qu'ils soient publics ou privés, jouent un rôle essen...

PME / PMI, pourquoi est-il intéressant de se faire accompagner dans la réponse aux appels d'offres p...

Les petites et moyennes entreprises (PME) ainsi que les petites et moyennes industries (PMI) constit...

Les limites de la liberté de choix de méthode de notation par les acheteurs publics

La marge de manœuvre qui est celle des pouvoirs adjudicateurs dans le choix de la métho...

Posez une question

Nos experts répondent gratuitement à toutes vos interrogations

Posez une question
Hotline

Prenez contact avec nos experts pour un maximum d’éclairages

Nous contacter
Mémoire technique

Découvrez ce qui fait la force d’une réponse de qualité

Télécharger
Newsletters

Toutes l'infos sur les marchés publics dans votre boîte

S'inscrire
Guides indispensables

Dotez-vous des meilleurs outils & conseils pour répondre aux marchés publics

Télécharger
Évènements

Des moments utiles, pratiques et conviviaux pour découvrir les marchés publics

Participer