Les recours en matière de marchés publics

Après la réponse

Les recours en matière de marchés publics

Le

Mis à jour: 3 août 2017

Lors de la passation d'un marché, il peut arriver que la procédure se déroule dans de mauvaises conditions, entraînant l'attribution du marché à un candidat qui aura pu bénéficier d'avantages vis-à-vis de ses concurrents. Ainsi est-il possible pour les candidats évincés de faire entendre leurs voix, pour contester l'attribution du marché ? En effet, plusieurs voies de recours leurs sont offerts selon que l'on se trouve avant, pendant ou après la signature du marché.

Les voies contentieuses en matière de marchés publics, ont fortement évolué du fait notamment du juge administratif et de la jurisprudence, mais surtout du fait de l'influence communautaire. C'est la directive du 11 décembre 2007 relative à l'amélioration de l'efficacité des procédures de recours en matière de passation de marchés publics qui a donné le ton. En effet, celle-ci opère une refonte importante du contentieux. Elle a été transposée en droit français par une ordonnance du 7 mai 2009, précisée ensuite par un décret le 27 novembre 2009.

Il existe quatre types de recours :

 

1- Le référé précontractuel

Le référé précontractuel permet d'obtenir l'annulation du marché ou la régularisation de la procédure lorsque celle-ci n'a pas respecté les obligations de publicité et de mise en concurrence.
Comme son nom l'indique doit être introduit avant la signature du marché par la personne publique. Les personnes pouvant prétendre à déposer un référé précontractuel, sont celles qui ont un intérêt à conclure le contrat, et qui sont susceptibles d'être lésées par des manquements aux obligations de publicité et de mise en concurrence.

Dans la pratique, il peut être délicat d'apprécier l'opportunité d'un recours. C'est pourquoi l'artile 101 du décret du 25 mars 2016 impose à l'entité adjudicatrice le respect d'un délai entre la notification du rejet et la date de signature du marché. Ce délai est de 11 jours, sauf si la notification n'a pas été transmise par voie électronique. Dans ce cas, le délai est porté à 16 jours. 

Si un référé précontractuel est introduit, le code de justice administrative prévoit la suspension automatique de la procédure. Il sera alors de la compétence du juge d'apprécier les intérêts en jeu, et le caractère opérant des manquements aux obligations de publicité et de mise en concurrence. C'est à présent au requérant d'apporter la preuve que les agissements de la personne publique est susceptible de lui causer un tort, même de façon indirecte.
Donnons un exemple : une irrégularité formelle dans l'avis de publicité n'ayant aucune incidence sur l'objet du marché ou la sélection des offres n'est pas susceptible d'avoir lésé un candidat, dès lors que celui-ci a déposé son offre.


2- Le référé contractuel

C'est l'ordonnance du 7 mai qui met en place ce nouveau référé contractuel, uniquement ouvert aux candidats évincés. Il doit être introduit dans un délai de 31 jours à compter de la publication d'un avis d'attribution. Dans le cas où aucun avis d'attribution n'est publié, c'est un délai de 6 mois qui commence à compter de la conclusion du contrat, pour introduire le référé contractuel. Ce recours, désormais codifié aux articles L 551-13 à L 551-23 du Code de Justice Administrative, est le pendant, après signature du contrat, du référé précontractuel. Il permet de sanctionner des manquements aux règles de publicité et de mise en concurrence, mise en exergues après la signature du contrat.

Le juge administratif pourra suspendre l'exécution du contrat pendant la durée de l'instance, à moins qu'il n'estime que les inconvénients liés à l'arrêt de la procédure ne soient tellement importants, qu'il vaut mieux dans l'intérêt de tous, maintenir l'exécution du contrat. Il pourra prononcer la nullité du contrat " lorsque l'une des mesures de publicité requises pour sa passation n'a été prise, ou lorsqu'a été omise une publication au Journal Officiel de l'Union Européenne, dans le cas où une telle publication est prescrite ". Il pourra aussi, dans une moindre mesure, réduire la durée du marché, appliquer une pénalité financière si la nullité du contrat n'est pas envisageable pour des raisons impérieuses d'intérêt général.

 

3- Le recours en pleine juridiction " Tarn-et-Garonne "

Ce recours remplace depuis 2014 le recours " Tropic ", qui existait depuis 2007. Il permet de contester la validité du contrat ou de certaines de ses clauses. 

Il est ouvert à tout tiers au contrat, à la seule condition que celui-ci soit "susceptible d'être lésé dans ses intérêts de façon suffisamment directe et certaine par sa passation ou ses clauses". Cela signifie que toute personne peut engager ce recours, même si elle n'a pas été candidate au marché. Elle peut être susceptible d'être lésée dans ses intérêts si, par exemple, elle n'a pas été admise à présenter son offre alors qu'elle avait un intérêt à le faire. 

Le Conseil d'Etat a également étendu le champs des arguments sur lesquels un tiers au contrat peut se baser pour demander l'annulation du contrat. Dans son arrêt du 30 juin 2017, il a confirmé que les tiers peuvent contester le refus de l'acheteur d'accéder à leur demande de mettre fin à l'exécution du contrat. 

Le délai de recours est de deux mois après la publication de l'annonce d'attribution. Si l'acheteur n'effectue pas cette publicité, alors il n'y a pas de limite au délai de recours. Les pouvoirs du juge sont assez étends dans le cadre de ce recours, et peut se prononcer sur la continuation du contrat, son annulation ou le versement d'indemnités. 


4- Le recours pour excès de pouvoir

Ce recours permet de contester, dans un délai de deux mois suivant la signature du contrat: 

- la décision de l'acheteur d'abandonner la procédure de marché en la déclarant infructueuse ou sans suite, 
- les clauses réglementaires du contrat. 

Il est ouvert aux tiers qui ne sont pas recevables pour déposer l'un des trois autres types de recours. Ils doivent avoir un intérêt à agir et l'acte administratif contesté doit être de nature à lui porter préjudice. 
Les pouvoirs du juge dans le cadre de ce recours sont assez limités : il peut décider d'annuler le contrat ou de rejeter la demande d'annulation. 


Autres articles similaires

Quels sont les effets du caractère définitif du décompte sur les appels en garantie ?

Détermination de la recevabilité de l’appel en garantieToutes les opérati...

Focus sur l’appel en garantie

De quoi s’agit-il ? L’appel en garantie est un moyen auquel une personne (le garant...

Contestation de procédure de passation pour motif de propriété intellectuelle

De la compétence de juridictionLes contrats de marchés publics sont des actes administ...

Posez une question

Nos experts répondent gratuitement à toutes vos interrogations

Posez une question
Hotline

Prenez contact avec nos experts pour un maximum d’éclairages

Nous contacter
Mémoire technique

Découvrez ce qui fait la force d’une réponse de qualité

Télécharger
Newsletters

Toutes l'infos sur les marchés publics dans votre boîte

S'inscrire
Guides indispensables

Dotez-vous des meilleurs outils & conseils pour répondre aux marchés publics

Télécharger
Évènements

Des moments utiles, pratiques et conviviaux pour découvrir les marchés publics

Participer