Marchés publics : de nouvelles mesures pour pallier les impacts de la Covid-19

Avant la réponse

Marchés publics : de nouvelles mesures pour pallier les impacts de la Covid-19

Le

Autoriser l’accès des entreprises en redressement judiciaire à la commande publique


En réponse à la crise sanitaire de la Covid 19, le Gouvernement avait par mesure d’urgence, promulgué la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 relative aux marchés publics. Compte tenu de l’évolution de la situation, des dispositions additionnelles se sont greffées à la loi par voie d’ordonnance. Ces dernières visent à compenser toutes les séquelles financières, économiques et sociales dues au Coronavirus. 

Étant donné l’importance de l’achat public dans l’économie du pays, le Gouvernement considère la nécessité de prévoir des dispositions pour relancer les marchés publics. Cette volonté de relance est d’autant plus légitime au regard du nombre d’entreprises touchées par la crise et par les mesures prises pendant la période de confinement. Cela explique alors l’article 1 de l’ordonnance qui stipule qu’il est désormais possible pour les entreprises en redressement judiciaire de postuler à un marché public ou de signer un contrat de concession. Ce qui était à l’origine prohibé par le Code de la commande publique. La nouvelle règle transitoire sera valable jusqu’au 10 juillet 2021.


Confier les marchés globaux à des PME


En ce qui concerne les marchés publics globaux et leur réalisation, l’ordonnance nouvellement publiée impose la participation des PME ou des artisans pour un pourcentage minimum de 10 %. Cette obligation comptera désormais parmi les conditions de cession d’un marché public et notamment de la signature-même du contrat.

Le Gouvernement entend par là, offrir un accès plus large aux entreprises rendues plus vulnérables par la crise de la Covid 19. Le soutien apporté aux PME se trouve être la solution à préconiser pour pouvoir reprendre les contrats publics


Ne pas s’attarder sur le chiffre d’affaires des opérateurs économiques


Si jusqu’ici, les critères de sélection des candidatures tenaient compte du chiffre d’affaires, l’ordonnance stipule dans son article 3 que des candidats ne soient pas évincés d’un marché sur la seule base d’une baisse de leur chiffre d’affaires. Ici, il est demandé à l’acheteur de prendre en compte le contexte économique, surtout si le déficit constaté est le fait des répercussions de la crise sanitaire. Ces mesures demeurent effectives jusqu’au 31 décembre 2023

Autres articles similaires

Quels sont les critères de choix utilisés dans les marchés de construction ?

Les principales conditions d’attribution des marchés selon des enquêtes aupr&egra...

Relèvement temporaire de certains seuils dans les marchés publics : que faut-il retenir ?

Des mesures pour booster les marchés publics ?Il apparaît clairement, au regard de...

Est-il possible de répondre à un marché public en portage salarial ?

Le portage salarial : un concept compatible avec les marchés publicsLe principe du porta...

Posez une question

Nos experts répondent gratuitement à toutes vos interrogations

Posez une question
Hotline

Prenez contact avec nos experts pour un maximum d’éclairages

Nous contacter
Mémoire technique

Découvrez ce qui fait la force d’une réponse de qualité

Télécharger
Newsletters

Toutes l'infos sur les marchés publics dans votre boîte

S'inscrire
Guides indispensables

Dotez-vous des meilleurs outils & conseils pour répondre aux marchés publics

Télécharger
Évènements

Des moments utiles, pratiques et conviviaux pour découvrir les marchés publics

Participer