Focus sur la retenue de garantie dans les marchés publics

Après la réponse

Focus sur la retenue de garantie dans les marchés publics

Le

Qu’est-ce que la retenue de garantie ? 


Les marchés publics nécessitent généralement des besoins conséquents en termes de travaux. Peu importe le domaine public ayant effectué l’appel d’offres, qu’il s’agisse d’une demande ponctuelle ou sur le long terme, en rénovation, construction ou réparation, le législateur a pensé garantir l’aboutissement des travaux. La retenue de garantie s’apparente à un gage de cet accomplissement. Il s’agit d’une somme d’argent d’un montant maximum de 5% sur le coût total des travaux retenue sur l’acompte versé au titulaire du marché. Cette valeur est comptée pour pouvoir couvrir et permettre la finalité des travaux dans les cas de désistement, d’imprévus ou de manquement sur le cahier de charges de tout prestataire de services. 

En d’autres termes, la retenue de garantie constitue un moyen pour le titulaire du marché public de s’assurer du respect du contrat par ses co-contractants. 

Au moment du versement de l’acompte, si le maitre d’ouvrage dénote des irrégularités au niveau des fournitures ou du travail accompli, il peut se réserver de payer la retenue de garantie. Cette dernière peut être substituée à une garantie à première demande ou à une caution personnelle et solidaire auprès d’un établissement bancaire suivant l’acceptation du pouvoir adjudicateur (et sous réserve des exceptions mentionnées par les textes). Elle tient foi sur une période de garantie et doit être restituée au titulaire dans un mois au maximum passé outre le délai. 


Que dit la loi sur la retenue de garantie ? 


La retenue de garantie est soumise au Code de la Commande Publique, applicable à compter du 1er avril 2019. En l’article L2191-7, il est précisé que la retenue de garantie défend les droits du titulaire du projet en garantissant le respect de l’obligation de faire du prestataire de services. De rajouter qu’elle sert également à la couverture des réserves formulées lors de la réception des prestations. 

L’article R2191-33 fixe le taux de 3% dû par acompte sur la totalité du montant prévu pour une commande publique et pour les PME. Il impose pour la retenue de garantie, un taux d’acompte exigible de 5%. 

Le fractionnement des acomptes versés est également stipulé par les textes. Dans le cas où leur somme ne permet pas de prélèvement de la retenue de garantie, il est règlementé par la même loi, la constitution du montant par une garantie de première demande ou, tel que précisé précédemment, par une caution personnelle et solidaire (article 61). Cette somme sera limitativement imposée au même titre que la retenue de garantie. Dans tous les cas, le montant doit entièrement être libéré par les entités ayant donné leur accord dans les 30 jours dès le lendemain de l’expiration du délai. 

Autres articles similaires

Règlement à l’amiable dans les marchés publics

Le règlement à l’amiable, une solution de résolution des conflitsLa phase...

La connaissance des éléments constitutifs de l’infraction pénale dans les marchés publics

Contexte généralLes infractions relatives aux marchés publics relèvent d...

Qu'en est-il du risque pénal dans les marchés publics ?

La commission d’infraction pénale dans le cadre des marchés publicsToute infract...

Posez une question

Nos experts répondent gratuitement à toutes vos interrogations

Posez une question
Hotline

Prenez contact avec nos experts pour un maximum d’éclairages

Nous contacter
Mémoire technique

Découvrez ce qui fait la force d’une réponse de qualité

Télécharger
Newsletters

Toutes l'infos sur les marchés publics dans votre boîte

S'inscrire
Guides indispensables

Dotez-vous des meilleurs outils & conseils pour répondre aux marchés publics

Télécharger
Évènements

Des moments utiles, pratiques et conviviaux pour découvrir les marchés publics

Participer