La DGFiP, pour plus de sécurité juridique et de transparence dans les marchés publics

Avant la réponse

La DGFiP, pour plus de sécurité juridique et de transparence dans les marchés publics

Le

Pour une plus grande souplesse dans les marchés publics, la Direction Générale des Finances Publiques (DGFiP) a, subséquemment à la loi du 10 août 2018 pour un État au service d’une société de confiance, inscrit le droit à l’erreur au paysage des administrations… Une ouverture dont la mise en œuvre est prioritaire pour la DGFiP. 


Errare humanum est


« L’erreur est humaine » : voici ce qui semble inscrit en lettres d’or dans cette ouverture que fait la DGFiP et qui marque une étape décisive dans la gestion de la commande publique. Désormais, les usagers qui se sont trompés et qui désirent spontanément réparer leurs erreurs afin de mettre en conformité leur situation bénéficient de procédures facilitées. La DGFiP a également, outre ces mesures de simplification, grandement contribué au site « oups.gouv.fr » qui permet d’identifier en amont les erreurs possibles. Les usagers ne sont ainsi pas, à raison de leur bonne foi, sanctionnés. À ceci s’ajoute la réduction de moitié des intérêts de retard.


La sécurisation du traitement fiscal, une priorité de la DGFiP


En parallèle à la souplesse introduite dans la gestion des erreurs, la DGFiP a annoncé la création d’offres adaptées pour permettre aux entreprises de sécuriser auprès d’elle leur traitement fiscal ; guichet international pour les problématiques rencontrées à l’étranger, accompagnement fiscal en région et service partenaire chargé de mettre en œuvre au niveau national des protocoles de coopération avec les grandes entreprises et les ETI en sont quelques-unes. 

Cet accompagnement du contribuable de bonne foi a pour corollaire une tolérance zéro envers les fraudeurs avec à la clé, une obligation de dénonciation auprès du procureur de la République des faits de fautes fiscales plus graves en procédure de poursuite pénale, une intensification des échanges institutionnels et un renforcement des sanctions pénales en matière de fraude fiscale, toutes trois œuvres de la loi du 23 octobre 2018. Cette loi a en outre offert la possibilité d’une affectation d’officiers fiscaux judiciaires au sein du ministère de l’action et des comptes et fait créer un nouveau service, le Service d’Enquêtes Judiciaires des Finances (SEJF). Autant de mesures qui rendent compte de la lutte de la DGFiP pour assurer la transparence dans les marchés publics

Autres articles similaires

Dématérialisation du droit des sols : quels moyens pour quels objectifs ?

Les objectifs poursuivisLa dématérialisation de l’application du droit des sols,...

Les marchés publics clairement ouverts aux achats innovants

Une politique favorisant l’éclosion des projets innovants dans les marchés publi...

Un marché antérieur ne doit pas influencer les présentes candidatures dans les marchés publics

Pour une plus juste appréciation des offresEn lançant un appel d’offres, l&rsquo...

Posez une question

Nos experts répondent gratuitement à toutes vos interrogations

Posez une question
Hotline

Prenez contact avec nos experts pour un maximum d’éclairages

Nous contacter
Mémoire technique

Découvrez ce qui fait la force d’une réponse de qualité

Télécharger
Newsletters

Toutes l'infos sur les marchés publics dans votre boîte

S'inscrire
Guides indispensables

Dotez-vous des meilleurs outils & conseils pour répondre aux marchés publics

Télécharger
Évènements

Des moments utiles, pratiques et conviviaux pour découvrir les marchés publics

Participer