Conflits d’intérêts dans les marchés publics, des précautions à prendre

Après la réponse

Conflits d’intérêts dans les marchés publics, des précautions à prendre

Le

Le contrôle du juge


Dans les marchés publics, depuis l’appel d’offres à l’exécution des travaux ou autres services, des obligations incombent aux acteurs, notamment au pouvoir adjudicateur. Parmi elles, la mise en concurrence et publicité, un principe fondamental inhérent à la commande publique. Dans ce même contexte, l’impartialité est un point à ne pas minimiser car il peut amener à l’annulation de toute la démarche de passation du marché. 

Le Code de la commande publique, en son article L2141-10, permet de déterminer le cadre d’application d’un conflit d’intérêts: « …toute situation dans laquelle une personne qui participe au déroulement de la procédure de passation du marché ou est susceptible d’en influencer l’issue a, directement ou indirectement, un intérêt financier, économique ou tout autre intérêt personnel qui pourrait compromettre son impartialité ou son indépendance dans le cadre de la procédure de passation du marché. » 

Il revient au juge de vérifier le respect de cette condition d’impartialité. Mais il ne peut y avoir d’annulation d’une procédure de passation sur la seule foi d’une éventuelle méconnaissance des règles d’impartialité. Les faits doivent être prouvés.


Lien entre conflit d’intérêts et délais


Pour l’affaire en cause, le juge de la Cour administrative d’appel de Douai n’a pas retenu le vice de procédure pour un marché public entaché d’un supposé conflit d’intérêt de la part du président du jury. 

Pour les faits : le rapport résultant de la délibération du jury indiquait 5 profils de candidats impliqués dans la procédure de passation. Parmi eux, 3 étaient en irrégularité et une autre ne respectait pas les conditions relatives au montant de l’offre donc irrecevable. La dernière offre acceptable était celle d’un groupement constitué de 2 prestataires qui avaient construit pour le président du jury, une propriété individuelle. Cependant, le juge a établi qu’au vu du délai entre l’achèvement de la construction du bien (3 ans) et l’initiation du marché à l’origine du contentieux, il n’y avait pas lieu de remettre en cause l’impartialité du président du jury. Cette décision est encore plus motivée par le fait qu’aucun élément à charge ne vient étayer une quelconque partialité de sa part.

Découvrez les avis de marchés publics en lien avec cet article:
livré par

Autres articles similaires

Responsabilité des sociétés impliquées dans les pratiques anticoncurrentielles

Portée de la responsabilité Les ententes illégales entre les entreprises e...

Mauvaise qualification du contrat : quelles possibilités d’indemnités pour les candidats évincés ?

Il peut arriver, en matière de mode de passation, que l'acheteur hésite entre d&ea...

Quels sont les effets du caractère définitif du décompte sur les appels en garantie ?

Détermination de la recevabilité de l’appel en garantieToutes les opérati...

Posez une question

Nos experts répondent gratuitement à toutes vos interrogations

Posez une question
Hotline

Prenez contact avec nos experts pour un maximum d’éclairages

Nous contacter
Mémoire technique

Découvrez ce qui fait la force d’une réponse de qualité

Télécharger
Newsletters

Toutes l'infos sur les marchés publics dans votre boîte

S'inscrire
Guides indispensables

Dotez-vous des meilleurs outils & conseils pour répondre aux marchés publics

Télécharger
Évènements

Des moments utiles, pratiques et conviviaux pour découvrir les marchés publics

Participer